Biographie

Suite à l’obtention du DNSEP en 2010, Mathilde Penet rejoint l’Unité de Recherche DatADAta, consacrée à l’étude des cultures numériques dans le champs de l’art contemporain. Elle obtient en 2015 un Diplôme Supérieur de Recherche en Art délivré par l’ENSBA Lyon. Le choix de ce cursus lui donne l’opportunité de monter des projets variés (éditions, commissariats, expositions, workshops, journées d’études…) dans des champs interdisciplinaires de création contemporaine. Cela lui permet de collaborer avec différents acteurs du monde l’art, de la recherche et des cultures numériques et donc d’aborder selon différentes approches, les problématiques du champs de l’art après l’arrivée d’Internet.

Durant cette même période, elle expérimente et étudie différentes techniques de yoga, méditation et soins énergétiques, ce qui l’amène en 2016 à obtenir un diplôme de Médecine Traditionnelle Chinoise délivré par l’Ecole des Pouls de Lyon. Le mystère des relations que peut entretenir le corps avec l’esprit et l’environnement dans lequel ils évoluent, devient alors l’un des sujets de prédilection de son travail d’artiste. Ses recherches donnent lieu à des formes hétérogènes : textes théoriques et poétiques, oeuvres plastiques (en ligne et hors ligne) et performances qu’elle diffuse en participant à des expositions dans des lieux tels que le Musée d’Art Moderne de Saint Etienne, la Gaité Lyrique à Paris et le Lux Scène Nationale de Valence.

Son parcours l’amène à maîtriser différentes techniques – langages informatiques (HTML, CSS, PHP), machines de prototypage rapide, modélisation, scanner et impression 3D), outils de conception de livres électroniques et de réalité augmentée – qu’elle utilise aujourd’hui aussi bien dans sa pratique d’artiste, que pour mener des ateliers pédagogiques. Dans cette perspective, elle participe en 2014 à une résidence artistique en milieu scolaire à l’école de Meyne, à Nyons. La restitution du projet mené avec les élèves est diffusée par le Centre d’Art du château des Adhémar à Montelimar. Mathilde Penet intervient également depuis 2015 au sein du volet médiation de l’association AADN consacrée au développement des Arts et Cultures Numériques à Lyon et en Région Rhône-Alpes. Dans ce cadre, elle mène des ateliers créatifs dans des lieux tels que Stéréolux à Nantes, les Abattoirs à Bourgoin-Jallieu et le Musée d’Art Contemporain de Lyon.

Depuis 2017, Mathilde Penet partage son temps entre Lyon, la Drôme et l’Inde. Elle continue de travailler sur le réseau du web en s’installant temporairement dans les espaces de télétravail, de co-working et les fab-labs des villes hyperconnectées. Elle prend aussi le temps de respirer, de méditer et d’explorer les grands espaces, à la recherche de ces liens invisibles et pourtant nécessaires que nous tissons avec le monde.